Skip to main content

Techniques

Le judo sportif différencie explicitement :

– les techniques de projection visant à déséquilibrer l’adversaire pour le faire tomber au sol, vers l’arrière, l’avant ou le côté : nage waza dans lequel on retrouve :

  • le groupe des techniques debout : tachi waza
  • les techniques de jambes : ashi waza
  • les techniques de bras (épaule) : te waza
  • les techniques de hanches : koshi waza

386693 m21

– le groupe des techniques de sacrifice : sutemi waza où le pratiquant décide de sacrifier son équilibre pour faire chuter son adversaire.

  • les techniques de sacrifice dans l’axe : mae sutemi waza parmi lesquelles on retrouve la fameuse « planchette japonaise » (Tomoe nage)
  • les techniques de sacrifice sur le côté : yoko sutemi waza
  • les techniques d’enroulement : makikomi waza

– les techniques de contrôle visant à dominer l’adversaire : katame waza dans lequel on retrouve :

  • les techniques pratiquées au sol : ne waza
  • les techniques d’immobilisation : osae komi waza, qui s’effectuent lorsque l’adversaire est couché sur le dos, les deux épaules au sol (au contraire du système jujutsu-fighting où une immobilisation sur le ventre est comptabilisée).
  • les techniques d’étranglement : shime-waza, qui peuvent porter sur le système respiratoire obligeant l’adversaire à abandonner rapidement (hadaka-jime par exemple), ou sur le système sanguin du cou (comme sankaku-jime), plus long à agir mais aussi plus dangereux.
  • les techniques de luxation : kansetsu waza, portées uniquement sur le coude (comme ude-gatame et waki-gatame).

ronda newaza

Les techniques de luxation et d’étranglement sont également autorisées debout (en tachi waza), bien que très rarement vues et utilisées en compétition. En effet, le règlement interdit l’amenée au sol par ces techniques, ce qui les rend plus difficiles à placer.

Certains katas (formes) de judo nécessitent de pratiquer également les techniques de frappe (atemi waza). On y retrouve

  • les coups de pied (keri),
  • les coups de poing (tsuki)
  • les coups du tranchant de la main (shuto).

Aucun coup n’est porté.

Histoire

220px-Kano JigoroLe souhait de Jigoro Kano, son fondateur, était de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales en prenant comme point de départ l’enseignement des koryu (anciennes écoles traditionnelles), Tenshin Shinyo Ryu et Kito Ryu, qu’il avait pratiqué durant 6 années. La légende dit que pour établir les principes du judo, il s’inspira du spectacle d’arbres couverts de neige, lors d’un hiver rigoureux, en remarquant que les branches du cerisier réagissaient différemment des roseaux.

Sous le poids de la neige abondante, les branches de cerisiers, dures, cassaient alors que les roseaux, plus souples pliaient et se débarrassaient de « l’agresseur » avec souplesse. La voie de la souplesse était née.

La « légende », dans sa simplicité, n’est pas éloignée du souhait initial de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales. Jigoro Kano avait conscience que le jujitsu tel qu’il était pratiqué n’était plus adapté à l’époque moderne. Les techniques étaient parfois très dangereuses à apprendre et la plupart des maîtres n’étaient pas très pédagogues ou enseignaient un jujitsu décadent et inefficace. En s’inspirant des méthodes de différentes gymnastiques occidentales, Jigoro Kano décida d’expurger du jujitsu les mouvements dangereux et de codifier les techniques restantes afin de faciliter l’enseignement sous formes de kata. Il était évident que l’art de la souplesse, débarrassé de sa vocation guerrière, n’était plus du jujitsu, mais un nouvel art martial à vocation éducative. Le judo était né.

Le judo connut un succès qui s’étendit largement au-delà des frontières japonaises et contribua largement à populariser les arts martiaux japonais, tout en entraînant la confusion entre art martial et sport de combat. Ainsi, le judo des origines s’orienta de plus en plus vers l’aspect sportif lorsque les champions du Kodokan eurent définitivement battu la plupart des écoles de ju-jitsu au cours de combats organisés. Le pouvoir économique du Kodokan était ainsi définitivement installé dans le monde des arts martiaux japonais.

Le judo commence à être enseigné au Japon en 1882 au Kodokan, en France par maître Mikinosuke Kawaishi et maître Shozo Awazu. Moshe Feldenkrais crée le Jujitsu-Club de France, puis la Fédération française de judo est fondée en 1946. C’est aussi à cette époque que se développera le côté sportif et qu’apparaitront les premières compétitions. Le nombre de pratiquants de par le monde s’accroît alors considérablement.

Le judo est la discipline la plus pratiquée en France, devant le karaté et l’aïkido. Il est le quatrième sport le plus pratiqué en France en 2012 avec plus de 600 000 licenciés et 5 547 clubs. Le judo masculin a été introduit officiellement dans le programme olympique pour les jeux de Tokyo en 1964. Le judo féminin a fait son entrée dans le programme olympique aux Jeux de Séoul en 1988 comme sport de démonstration avant d’être définitivement accepté à partir des Jeux de Barcelone en 1992. En 2006, la Fédération internationale de judo compte 189 pays membres.

Dans le monde le judo est le troisième art martial le plus pratiqué derrière le karaté et le taekwondo avec 8 millions de pratiquants.

Source wikipedia

Katas

Les katas représentent des exercices de style, de concentration particulièrement difficiles et constituent la source même des principes du judo. La bonne exécution de ces katas nécessite de ce fait de longues années de pratique pour permettre au judoka d’en saisir le sens profond.

Nage no kata :

Katame no kata :

Kime no kata :

Kodokan Goshin jutsu :

Ju no kata :

Itsutsu no kata :

Koshiki no kata :

Les ceintures

Les grades sont attribués à un pratiquant et permettent d’évaluer son niveau technique, son efficacité en combat, son degré d’ancienneté ainsi que ses qualités morales, ce qui correspond au respect scrupuleux du code moral ainsi qu’un investissement suffisant dans la pratique. Sans un minimum de respect des règles exigées, aucun judoka ne peut prétendre à l’obtention d’un grade.

Les ceintures de couleurs ont été inventées en Angleterre au milieu des années 1920 puis introduites en France par le professeur Mikinosuke Kawaishi. On trouve dans l’ordre les ceintures Blanche, Jaune, Orange, Verte, Bleue, Violette (seulement si le judoka est trop jeune pour porter la ceinture Marron) la ceinture Violette a été retirèe depuis la mise en place des ceintures bicolores (Blanche-Jaune, Jaune-Orange, Orange-Verte, Verte-Bleue) la ceinture Verte-Bleue a été abandonnèe lors du passage de l’âge requis de 17ans à 15 ans pour l’obtention du 1er Dan, Marron, la fameuse ceinture noire ainsi que deux ceintures supérieures (une rouge et blanche du 6e au 8e dan, une rouge pour 9e et 10e dan). Symboliquement, il fut donné à Jigoro Kano (fondateur du judo), après sa mort, une ceinture particulière, la ceinture blanche large (couleur des débutants), pour signifier que l’on n’a jamais tout appris (pour 12e dan, sachant qu’il n’y a pas de 11 e dan). Il existe aussi des grades alternatifs pour évaluer et récompenser les plus jeunes (blanche-jaune, jaune-orange, orange-verte), on trouve aussi, dans la catégorie éveil-judo, les ceintures blanches à 1 ou 2 “lisérés” horizontaux.

Les ceintures de couleurs blanche à marron correspondent à des grades nommés kyu : du 9e kyu représenté par la ceinture blanche jusqu’au 1er kyu par la ceinture marron.

En France, les grades inférieurs à la ceinture noire sont délivrés par un professeur de judo diplômé d’État, le plus souvent suite à un passage de grades organisé par le club, selon des critères techniques, des résultats ou participations aux diverses compétitions, du comportement de l’élève (lié au code moral du judo) qui porte sur la présence durant la saison, vis-à-vis des ses camarades …

Au-dessus des kyu, les niveaux sont nommés dan (degré) : du 1er dan au 5e dan, la ceinture est noire ; les 6e, 7e et 8e dan sont représentés par une ceinture à larges bandes rouges et blanches alternées, les 9e et 10e dan par une ceinture rouge. Après la ceinture rouge, il y a une ceinture qui n’a été obtenue que par Jigorō Kanō, la ceinture blanche large (11e et 12e dan, 12e dan que maître Kano n’a obtenu qu’à titre posthume).

  • Les 2e et 3e dan correspondent au nom japonais de deshi qui signifie disciple.
  • Les 4e et 5e dan au renshi (maîtrise extérieure)
  • Les 6e et 7e dan au kyoshi (maîtrise intérieure)
  • Les 8e et 9e dan au hanshi (maîtrises intérieure et extérieure unifiées)
  • La 10e dan au keijin (trésor vivant).

L’obtention des niveaux à partir de la ceinture noire peut se faire de deux manières :

– Compétition

  • Il faut passer trois UV (unités de valeur)
  • un examen de katas devant un jury régional ou national officiel
  • gagner des points lors de combats officiels (44 en un tournoi ou en 1 shiai ou 100 sur plusieurs et 120 pour le troisième et quatrième dan) entre ceintures noires et marrons (pour l’obtention du premier dan)
  • participer à un stage concernant l’organisation et l’arbitrage des compétitions

– Expression technique

Il faut passer différents UV définis pour chaque grade. Citons pour exemple les UV du 1er dan expression technique

  • UV1 Katas
  • UV2 Techniques debout/sol
  • UV3 Exercices d’application judo
  • UV4 Techniques de défenses ju-jitsu

Compétition et arbitrage

Arbitrage

Les arbitres en judo ont pour mission :

  • d’accorder les avantages ou la victoire aux combattants suite à des techniques partiellement ou totalement réussies ;
  • de maintenir l’intérêt du combat et d’assurer la sécurité des combattants en arrêtant et en faisant reprendre le combat lorsque c’est nécessaire ;
  • d’informer les combattants et la table (et si possible les spectateurs) du déroulement du combat, par exemple lorsqu’il y a début d’immobilisation ;
  • de faire respecter les règles et d’appliquer les sanctions appropriées si nécessaire.

Dans les compétitions officielles, trois arbitres assurent l’arbitrage d’un combat : un arbitre en position debout et qui se déplace avec les combattants, et deux juges qui se trouvent assis aux deux coins opposés de la surface de combat. L’arbitre central prend les décisions en donnant la décision de la majorité. Le rôle des juges de coin est de donner leur avis en cas de désaccord avec la décision de l’arbitre central. Pour cela, ils utilisent les mêmes gestes d’arbitrage que l’arbitre central. Lorsqu’un seul des deux juges de coin donne son avis, il doit ou non modifier sa décision selon que ce soit en accord avec la majorité. Si les deux juges de coin sont d’accord contre l’avis de l’arbitre central, celui-ci doit modifier sa décision. Dans les autres cas, l’arbitre central a toujours la possibilité de revenir sur sa décision, s’il pense s’être trompé. Le juge de coin détermine également si une action est validée ou non selon qu’elle a été exécutée dans ou hors des limites du tapis.

On distingue l’arbitrage du combat dans les phases de ‘tachi waza (combat debout) et de ne waza (combat au sol), les techniques employées n’étant pas les mêmes. Pour se faire comprendre, l’arbitre utilise des termes d’arbitrage précis souvent accompagnés d’un geste, afin d’être compris de loin dans un environnement bruyant. Voici une liste des termes d’arbitrage employés en compétition et leur signification :

Termes d’arbitrage

Termes génériques

  • Hajime (les mains le long du corps) commencez
  • Matte (bras tendu vers les commissaires sportifs, paume face à la table) — pause dans le combat
  • Soremade — fin du combat
  • Hiki-wake — égalité
  • Sonomama (en touchant les deux combattants) — ne bougez plus (lorsque l’arbitre veut vérifier quelque chose sans modifier l’issue du combat ou replacer un combattant en immobilisation)
  • Yoshi (en touchant brièvement les deux combattants) — reprenez le combat (après sonomama)
  • Hantei — décision des juges

Avantages (tous les points donnés ci-dessous sont attribués lors des compétitions officielles)

  • Kinza — N’est pas “ouvertement comptabilisé” par l’arbitre, mais est gardé en tête par ce dernier jusqu’à la fin du combat, et, en cas d’égalité, permet de désigner un vainqueur. Parfois en cas d’égalité, même si aucun combattant n’a chuté, si l’un des deux combattants a entrepris beaucoup plus d’attaques que l’autre, en prenant beaucoup plus de risque que l’autre, il peut être désigné vainqueur par l’arbitre.
  • Koka — A disparu du judo moderne depuis la saison 2008-2009 pour les minimes, cadets, juniors et seniors (règlement français et international). Il désignait une chute sans qu’aucune épaule ne touche à terre, mais avec suffisamment de vitesse de force et de contrôle. Il est devenu un kinza.
  • Yuko — 5 points (bras tendu sur le côté en dessous de l’horizontale, doigts tendus) — avantage moyen, par projection temps d’immobilisation au sol ou sanction à l’adversaire.
  • Waza-ari — 7 points (bras tendu sur le côté au-dessus de l’horizontale, doigts tendus) — presque la victoire, par projection temps d’immobilisation au sol ou sanction à l’adversaire.
  • Ippon — 10 points (bras tendu au-dessus de la tête, doigts tendus) — victoire acquise (point) par projection dite “parfaite”, immobilisation de l’adversaire jusqu’au terme du temps, en cumulatif de l’avantage de points Waza-ari debout ou au sol, par abandon de l’adversaire par soumission, c’est la fin du combat.

ne-waza

  • Osae-komi — début d’immobilisation
  • Toketa — sortie d’immobilisation

Avantages

Le but dans un combat de judo a toujours été la recherche du ippon, soit la victoire directe par une technique efficace. En judo debout, cela se traduit selon quatre critères : chute largement sur le dos avec force, vitesse et contrôle. Cependant, la compétition étant ce qu’elle est, il faut pouvoir juger de l’efficacité d’une technique partiellement réussie, en attribuant des avantages plus ou moins importants selon des critères de réussite, cela afin de pouvoir départager les combattants à l’issue du combat. Ces critères sont la qualité de la projection et la position de réception de l’adversaire en combat debout, et le temps d’immobilisation en combat au sol (un abandon donne la victoire et fait bien souvent suite à une technique d’étranglement ou de clé au coude réussie).

Les avantages à répartir sont le koka (disparu en 2008), le yuko, le waza-ari et le ippon. C’est toujours l’avantage le plus fort qui l’emporte, ce qui veut dire qu’un waza-ari est plus fort que n’importe quel nombre de yuko. Lorsque le même combattant marque deux waza-ari, il gagne par waza-ari awasete ippon (waza-ari combiné donne ippon). Lorsque l’avantage le plus fort est le même pour les deux combattants, le vainqueur est celui qui en a le plus. Si c’est une égalité, on prend en compte l’avantage inférieur et ainsi de suite jusqu’au plus petit avantage.

L’attribution d’avantages debout ou au sol, demande toujours une part de jugement personnel de l’arbitre, ce qui veut dire que les décisions qu’il prend sont parfois contestables et contestées. Ce problème est en principe résolu grâce à l’aide des arbitres de coin, mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas. En pratique, selon les règles officielles (et comme dans la plupart des sports) l’arbitre a toujours raison. Plus précisément, la décision validée par au moins deux des trois arbitres sur le tapis est incontestable. On trouve aussi, au niveau national, la présence de la vidéo, auquel l’arbitre central peut faire appel en cas de doute.
Dans ce cadre, l’autorité de l’arbitre est absolue. Quand bien même l’arbitre aurait “mal vu”, et sa décision “fausse” par rapport à ce qui s’est réellement passé, de par le fait qu’il l’ait prononcée, cette décision deviendrait la seule réalité à laquelle les combattants devraient se conformer (il est toutefois possible de s’adresser à la fédération pour exprimer une contestation). Cela fait partie du respect, de la discipline et de l’obéissance que le judo tente d’enseigner. Aussi le judoka doit rester humble, à l’image de Jigoro Kano qui a choisi de porter une ceinture blanche. De la part d’un judoka, contester une décision qu’un arbitre aurait prise à son sujet serait la chose la plus impolie, la plus vulgaire et la plus mal-venue qui soit. L’arbitrage du judo est volontairement subjectif, mais du point de vue du résultat sportif, on peut considérer que statistiquement, les erreurs d’arbitrage s’annulent, et ne valent donc même pas la peine d’être mentionnées. Traditionnellement, à l’issue d’un combat, le judoka n’était pas non plus autorisé à exprimer de la joie ou de la tristesse vis-à-vis de sa défaite ou de sa victoire. L’influence des traditions sportives occidentales, en particulier depuis que le judo est devenu un sport olympique tend à changer tout cela.

Combat debout

  • Kinza : cet avantage n’est pas comptabilisé, ni annoncé, mais doit être pris en compte par l’arbitre pour départager les combattants en cas d’égalité. Il correspond à une attaque franche, suivie ou non d’une chute de l’adversaire sur le ventre ou les genoux, ou à un ancien koka. Il est rarement prononcé en compétition.
  • Yuko (résultat) : il est donné quand il manque deux des quatre éléments du ippon. Il correspond à une chute sur le côté (chute latérale) ou bien une chute sur les fesses avec l’impact sur le bas du dos. Si la vitesse de chute est élevée et immédiatement suivie d’un contact du dos au tapis, cela vaut un “waza-ari”.
  • waza-ari (il y a technique) : il est donné quand il manque l’un des quatre éléments du ippon. Il correspond à un impact sur le dos mais où la force et la vitesse de la projection sont insuffisants. Il peut aussi être donné suite à une chute sur les fesses ou le bas du dos suivie immédiatement d’un contact des épaules au tapis. Mais aussi si le judoka tombe violemment sur une épaule.
  • Ippon (ichi hon, une barre, un point) : il est donné suite à une projection avec impact sur le dos avec force, vitesse et contrôle, et donne la victoire.

Combat au sol

Un avantage est donné en combat au sol après une immobilisation de l’adversaire. Pour ce faire, il faut qu’au moins une des deux épaules de l’adversaire touchent le tapis et que le contrôle se fasse, le buste tourné vers le tapis. L’arbitre annonce alors osae-komi en avançant le bras tendu et un pied avancé en direction des combattants, la “table” actionne alors le chronomètre d’immobilisation. On juge que l’adversaire a réussi à sortir de l’immobilisation quand sa sortie est totale : soit il est sur le ventre (les deux épaules tournées vers le tapis), soit il a renversé complètement son adversaire, soit il avorte le contrôle adverse en enveloppant la jambe ou le buste de son adversaire avec ses jambes. L’arbitre dit alors toketa en agitant latéralement le bras tendu en direction des combattants. On arrête alors le chronomètre et on relève le nombre de secondes qu’il indique. Pendant ce temps, le combat continue jusqu’à ce que l’arbitre donne le signal d’arrêt matte, quand il n’y a plus de suite technique intéressante. Les avantages sont donnés selon le temps d’immobilisation :

  • Yuko : entre 15 secondes et 19 secondes
  • Waza-ari : entre 20 secondes et 24 secondes
  • Ippon : 25 secondes

La victoire (par ippon) est donnée suite à un abandon de l’adversaire ou au jugement de l’arbitre afin de préserver l’intégrité physique du combattant qui se refuserait à abandonner. En combat au sol, ce type de finalisation est très fréquemment provoqué par un étranglement ou une clé au coude (la seule autorisée en judo). Pour se faire, dans le cadre le plus simple, le combattant frappe trois brèves fois sur son adversaire ou sur le tapis avec la main, le pied si ses mains sont indisponibles mais, frapper une fois ou crier peut pousser l’arbitre à mettre fin au combat. Les étranglements et les clés de bras sont autorisés dans la limite des techniques du judo et sont interdits en catégories U9, U11 et U13. (moins de 9 ans, moins de 11 ans et moins de 13 ans).

Sanctions

Ancien système

Différentes pénalités s’accumulaient :

  • la première, shido, donnait un avantage “sans valeur” à l’adversaire
  • la suivante, chui, donnait un yuko à l’adversaire en éliminant le shido précédent ;
  • la troisième pénalité, keikoku, donnait un waza-ari à l’adversaire.
  • la quatrième pénalité, hansoku-make, donnait la victoire à l’adversaire.

Si le hansoku-make est dû à une faute grave qui y donne lieu immédiatement sans passer par les autres pénalités, il est éliminatoire de la compétition.

Système actuel

Les différentes pénalités sont remplacées par des shido qui s’accumulent.

  • Le premier shido est « gratuit » pour toutes les fautes. C’est juste un avertissement.
  • Le deuxième shido donne un yuko à l’adversaire.
  • Le troisième shido donne un waza-ari à l’adversaire.
  • Le quatrième shido vaut une victoire de l’adversaire par ippon, entraîne l’élimination du fautif par hansoku-make et l’on est disqualifié pour le combat.

Pour les éliminations directes, jusqu’à 2005, la règle était la suivante : si un hansoku-make est donné, il est éliminatoire non seulement du combat, mais aussi de la compétition. Depuis 2005, on distingue deux cas : les fautes graves volontaires, éliminatoires de la compétition, et les fautes graves involontaires, qui n’excluent que du combat.

Fautes sanctionnées

Les trois premières pénalités sont données principalement pour des fautes de type : non combativité (passivité), refus du combat (fuite ou sortie volontaire de la zone de combat), attitude excessivement défensive (bras tendus, buste complètement plié vers l’avant, saisie du judogi particulière non suivie d’une attaque), fausse attaque (et non pas une tentative avortée qui fait partie du combat), gestes interdits (doigts à l’intérieur de la manche, revers ou membre sur le visage de l’adversaire, prise “pistolet”(tenir le bout de la manche en le chiffonnant)…).

Les hansoku-make sont donc donnés soit par accumulation de 4 shido, ce qui peut signifier la non prise en compte de l’arbitre, des remarques faites à celui-ci, après une action mettant en danger l’adversaire ou soi-même, après des gestes ou un comportement contraire aux valeurs morales de l’esprit du judo. Les gestes dangereux sont nombreux mais faciles à éviter si le pratiquant recherche l’efficacité avant tout. Sont considérées comme dangereuses les actions suivantes : faire un ciseau de jambes autour du tronc, du cou ou de la tête seul de l’adversaire… Depuis 2010, en position debout, saisir le pantalon à une main ou deux mains pour bloquer ou pour attaquer est sanctionné par hansoku-make (disqualification). La saisie du pantalon en enchainement ou en contre prise est autorisée, mais interdite en attaque directe. En particulier, une attaque directe en Kata-Guruma est interdite, bien que cette prise soit un mouvement du Gokyo.

Organisation d’une compétition de judo

La compétition est organisée, pour chaque catégorie, sous la forme d’un tournoi à élimination directe.

Le vainqueur et le finaliste reçoivent respectivement la médaille d’or et la médaille d’argent.

Pour l’attribution de la médaille de bronze, le système est un peu plus compliqué : contrairement à une croyance assez répandue, les perdant des demi-finales ne s’affrontent pas dans un match pour la troisième place. En fait, il y a deux médailles de bronze attribuées aux vainqueurs des deux matchs opposant chacun le perdant d’une demi-finale au vainqueur d’une finale de repêchage.

Le tournoi de repêchage (à élimination directe) a lieu entre les quart de finale et les demi-finales (appelées généralement finale de tableau) : il oppose l’ensemble des judokas éliminés précédemment par l’un des demi-finalistes. Les quart de finalistes sont donc automatiquement reversés dans le tournoi de repêchage mais les autres concurrents sont tributaires du parcours de leur vainqueur. Chaque concurrent intègre le tournoi de repêchage en fonction du stade où il a été éliminé du tournoi principal : le quart de finaliste entre ainsi à l’avant dernier tour.

Dans chaque match pour la troisième place, les deux combattants comptent une seule défaite.